Sunday, 23 July 2017
BREAKING NEWS

Eurobaromètre: 98 % des citoyens de l’Union pensent qu’il est bon que leurs enfants apprennent des langues étrangères

Presque neuf citoyens de l’Union sur dix sont convaincus de l’extrême utilité de savoir parler une ou plusieurs langues étrangères et 98 % pensent que la maîtrise des langues étrangères sera un atout pour l’avenir de leurs enfants. Tels sont les résultats d’un nouveau sondage Eurobaromètre consacré à l’opinion des citoyens européens sur le multilinguisme et l’apprentissage des langues.
Une autre étude de la Commission européenne, à savoir la première enquête européenne sur les compétences linguistiques, montre cependant qu’en matière de compétences linguistiques, il y a encore loin du rêve à la réalité: les tests de langue effectués auprès d’adolescents de 14 pays européens révèlent que seuls 42 % d’entre eux sont compétents dans leur première langue étrangère et à peine 25 % dans la deuxième langue. Un pourcentage significatif de ces jeunes, soit 14 % d’entre eux pour la première langue étrangère et 20 % pour la deuxième, n’atteint même pas le niveau d’un «utilisateur de base».

La commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, Mme Androulla Vassiliou, s’est exprimée en ces termes: «Ce sondage Eurobaromètre montre que les citoyens sont extrêmement attachés au multilinguisme et à l’apprentissage des langues, ce dont nous pouvons nous réjouir. Néanmoins, il nous faut encore améliorer l’enseignement et l’apprentissage des langues. La maîtrise d’une langue étrangère élargit l’horizon personnel et ouvre des portes; elle accroît les possibilités d’emploi des individus et multiplie les débouchés des entreprises au sein du marché unique.»

Dix ans après la déclaration de Barcelone de 2002, dans laquelle les chefs d’État et de gouvernement appelaient de leurs vœux l’apprentissage d’au moins deux langues étrangères dès le plus jeune âge, les Européens sont largement conscients des avantages du multilinguisme. Les trois quarts d’entre eux quasiment (72 %) soutiennent cet objectif et 77 % pensent qu’il conviendrait d’en faire une priorité politique. Plus de la moitié des Européens (53 %) utilisent une langue étrangère dans l’exercice de leur profession et 45 % pensent avoir obtenu un meilleur emploi dans leur pays du fait de leurs compétences linguistiques.

Néanmoins, le pourcentage d’Européens affirmant pouvoir communiquer dans une langue étrangère a légèrement reculé de 56 % à 54 %. Cette baisse s’explique en partie par le fait que le russe et l’allemand ne sont plus des matières obligatoires dans les programmes scolaires des pays de l’Europe du Centre et de l’Est.

La proportion d’élèves compétents dans leur première langue étrangère varie de 82 % à Malte et en Suède (où l’anglais est la première langue étrangère) à seulement 14 % en France (pour l’anglais) et 9 % en Angleterre (pour le français). L’un des changements les plus frappants depuis 2005 est que les compétences passives en compréhension écrite et orale se sont renforcées grâce à Internet. Le pourcentage d’Européens ayant régulièrement recours à une langue étrangère lors de l’utilisation d’Internet, sur les réseaux sociaux par exemple, a augmenté de 10 points, passant de 26 % à 36 %.

Prochaines étapes

La Commission européenne entend accroître son soutien à l’apprentissage des langues grâce à son nouveau programme ‘Erasmus pour tous’ programme (IP/11/1398). L’apprentissage des langues étrangères constitue l’un des six objectifs spécifiques du programme et la Commission prévoit de financer davantage les cours de langues pour les personnes désireuses d’étudier, de se former ou de travailler comme bénévoles à l’étranger. Elle proposera un indicateur européen des compétences linguistiques à la fin de l’année, qui permettra de mesurer les avancées réalisées dans les États membres en matière d’enseignement et d’apprentissage des langues.

Les résultats du sondage Eurobaromètre intitulé «Les Européens et leurs langues» et de l’enquête européenne sur les compétences linguistiques seront examinés lors d’une conférence internationale qui se tiendra à Limassol (Chypre) le 26 septembre, date de la prochaine Journée européenne des langues.

Source: http://ec.europa.eu/education/news/20120621_fr.htm

»
Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *